1 février 2018

Article Presse Sud-Ouest / Big data : la stratégie de conquête du groupe bordelais Cartégie

screen-shot-2018-02-01-at-15-31-30regis-barbier-cartegie

Depuis 1988, le groupe Cartégie se structure pour devenir un des champions français de l’analyse fine, scientifique et marketing de la mégadonnée (big data) sur les entreprises et leurs clients.

On ne parlait pas encore de « big data » (ou mégadonnées) quand, en 1988, le Bordelais Régis Barbier déposait les statuts de Cartégie. Pourtant déjà, le cœur de métier de ce qui allait devenir un groupe était là : récolter des informations sur des entreprises qui permettent à d’autres entreprises d’optimiser leurs campagnes marketing.

Un patrimoine « data » unique

Dès le départ donc, la donnée économique était au cœur du business de Cartégie. Au fil des années, ces informations se sont accumulées dans « l’entrepôt de données », une méga base de données qui n’a cessé de grossir et constitue aujourd’hui la plus grande richesse de la société avec 10 millions d’entreprises françaises référencées et 45 millions de profils consommateurs. Un patrimoine data unique que la société bordelaise ne cesse de vouloir faire fructifier.

« Au fil du temps nous nous sommes appliqués à collecter, structurer, traiter, affiner les données en direction des entreprises clientes, explique Régis Barbier. Nous avons aussi mis en place les outils, ou réalisé des opérations de croissance externe qui nous ont permis de progresser dans l’analyse permettant à nos clients de toujours mieux connaître leurs clients ». En 2013, Cartégie frappe un grand coup sur le marché émergeant de l’analyse de la donnée en mettant la main sur deux entreprises de Strasbourg, Europrogress et Base Plus. La première fait du conseil en financement de campagnes de communication multicanal, la seconde est alors une des références du traitement de la donnée en tant qu’outil d’aide à la décision en marketing.

Pousser plus loin l’expertise

En 2014, Cartégie ajoute une acquisition dans le domaine de la communication digitale avec l’agence Yellow, rapidement intégrée au sein du siège de la société installé à Bruges, près de Bordeaux.

screen-shot-2018-02-01-at-15-30-41

En 2015, Cartégie s’est doté d’un laboratoire de recherche et développement (R & D) en charge de faire naître de nouveaux services et prestations. « Parce que nous consacrons 10 % de notre chiffre d’affaires (20 millions d’euros cette année, NDLR), à la R & D, nous avons mis au point des services innovants, comme Lead The Way par exemple, un outil capable d’identifier les entreprises qui fréquentent un site et qui propose à son propriétaire de capter toutes les informations importantes du visiteur comme le chiffre d’affaires, le nombre de salariés, coordonnées des dirigeants, siret, e-mails des fonctions clés… »

Dans sa quête à l’acquisition de nouvelles compétences pour accompagner, dans toutes les étapes, les entreprises dans leur stratégie marketing, Cartégie vient de franchir un nouveau cap.

Il y a quelques semaines, le groupe a pris le contrôle de La Compagnie Hyperactive, une agence bordelaise de 35 personnes, spécialisée dans le conseil marketing, la communication et le digital. « Nous avons élargi notre chaîne de valeur avec la Compagnie Hyperactive », assure Régis Barbier.

Acquisitions : ce n’est pas fini

Un « élargissement » qui n’est pas achevé. Le groupe bordelais prépare une nouvelle acquisition.

screen-shot-2018-02-01-at-15-30-31

En attendant, Cartégie, peut également compter sur un marché de l’analyse de données ultra dynamique pour croître et recruter. Dans le semestre qui vient, 10 personnes devraient compléter les équipes du groupe, soit 135 personnes, qui se déploie sur quatre sites en France.